Aux films des pages

A la découverte des fictions

The Best Exotic Marigold Hotel : « Le seul véritable échec, c’est de ne rien tenter »

Écrit par: JS - oct.• 02•17

À la fin de l’histoire, tout finit par s’arranger. Et si ça ne s’est pas arrangé, c’est que ce n’est pas la fin de l’histoire. (Sonny)

The Best Exotic Marigold Hotel (Indian Palace)

Sept retraités britanniques se rendent en Inde, au Marigold hôtel, un palace pour le troisième âge géré par Sonny (Dev Patel). A leur arrivée, rien n’est tel que la publicité le vantait. Le luxe encensé n’existe que dans l’imaginaire et les perspectives du gérant, enthousiaste. Les retraités ne se laissent pourtant pas démonter. On a ainsi une palette de personnages aux préoccupations disparates : Evelyn (Judi Dench), veuve qui avait toujours été sous la tutelle de son époux, trouve un travail ; Graham (Tom Wilkinson), magistrat à la retraite, part à la recherche de son amour de jeunesse ; Douglas (Bill Nighy) et Jean (Penelope Wilton), couple ruiné par sa fille, se déchirent ; Norman (Ronald Pickup) et Madge (Celia Imrie) cherchent tous deux un nouveau compagnon ; et, enfin, Muriel (Maggie Smith), vieille fille aux idées bien arrêtées, doit se faire opérer de la hanche.

Avec un casting de choix, cette comédie, saupoudrée d’humour britannique, se déguste avec délice. Si elle frôle parfois la guimauve sentimentale, elle n’y plonge pas pour autant. Amour, désir et vieillesse sont abordés avec intelligence et bienveillance. Gros coup de cœur pour le personnage de Muriel (jouée par l’excellente Maggie Smith) petite vieille détestable qui change sa vision sur les autres au fil du film et qu’on ne peut qu’apprécier pour sa malice. Certains pourront objecter que le revirement de la petite vieille raciste est du ressort du cliché, mais la chose ne choque pas, au contraire.

Film optimiste et rafraichissant, basé sur le roman de Deborah Moggach « These foolish things », il a toutefois une faiblesse : il est en effet assez ethnocentrique, pas dépourvu de clichés, et on en apprend par ailleurs peu sur la véritable culture locale. On sent que l’image qui est donnée du pays est très positive ; quand on voit les couleurs, la vie, l’énergie dégagée par les prises de vue, on est poussé par le désir de s’y précipiter. Certains thèmes graves – tels que les mariages arrangés ou la misère provoquée par le système des castes – sont ainsi traités avec une certaine légèreté.

Néanmoins, c’est un film tendre et coloré qui a cette capacité de coller un sourire sur le visage des spectateurs. Il insuffle l’idée que le changement – la sortie de la zone de confort – ne devrait pas toujours faire peur et que l’on peut être positif, même face aux évènements dramatiques de l’existence. Un feel good movie qu’on revoit volontiers. De ce fait, on attend la suite, qui sort en 2015, avec impatience !

John Madden, The Best Exotic Marigold Hotel, 2012.


Acheter le film :

pannierAcheter le DVD sur Amazon

pannierAcheter le Blu-Ray sur Amazon

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Laisser un commentaire

Publicité